Aller au contenu

[Chroniques] Nos aventures sur Titan


Chrysalid

Messages recommandés

C'est pour notre prochain ldvelh qui sort très bientôt !

Gros gros ldvelh, près de 45 paragraphes, près de 3 illustrations à tomber.

Le premier d'une série de 2, peut-être 3.

Le Royaume de la Discorde (couverture en cours de réalisation)

Le roi Argélite a été tué dans d'étranges circonstances et les Princes-régents qui ont repris les rennes du pouvoir inquiètent Minarquas, l'Impératrice des Cinq-Contrées. Sous couvert d'une mission diplomatique, vous prenez la mer vers le port de Guisorne avec l'intention d'en savoir plus sur ce qui se trame dans l'ombre.

Y a-t-il quelque chose de pourri au royaume de Chenara ?

http://s1.postimg.org/tj4cupdlr/Front_Cover_test3.jpg

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'avais vu les illustrations du pdf et j'avais déjà remarqué que c'était excellentissime : un ambiance biscornue à la Kharé. Mais là, avec les nouvelles illustrations du livre-jeu à venir, ça déchire grave. La carte est sublime et le style old school est génial, succès garanti auprès des nostalgiques.

J'attends impatiemment sa sortie.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Grand Sorcier

😜

Ouaip, c'est vraiment superbe, je serai aussi des premiers acheteurs (ha, en parlant de ça, j'ai mon Temple du Dieu Néant perso à récupérer moi 😉 ).

Je trouve rigolos aussi les petits clins d'oeil dans les noms de la carte... carte qui, elle, rappelle plus le style Gary Chalk que John Blanche (ça tombe bien, j'adore les deux !).

Faites-nous passer de l'info dès que ça sort, ou même un peu avant si besoin, nous vous ferons de la pub par ici et sur nos pages de réseaux sociaux.

Ha, et pour la relecture de la suite des Vieux, c'est mystérieux, (laisse-moi devenir, DelArmgo, ça va s'appeler "C'est pas faux" ? 😁 ), je suis bien évidemment à nouveau partant !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les Vieux, c'est Mystérieux (4-avr-15)

Séphorée, Caberlot, Yama, Ymix

 

 

Au cours d'un mois de clévrier pluvieux, après quelques jours à errer dans les terres sauvages, Séphorée se rendit à la ville de Calice, où elle s'arrêta dans l'Auberge du Cerf pour se mettre au sec – le temps était pluvieux et le sol n'était plus qu'une boue spongieuse dans laquelle pataugeaient les badauds. Aussi trouva-t-elle l'endroit sympathique. Du moins jusque-là ce qu'elle fut abordée par un visage familier qui la héla bruyamment : Yama, le samouraï des terres lointaines, vint s'installer au comptoir à côté d'elle. Sans réserve et avec moult détails, il lui rappela les épreuves qu'ils avaient traversées ensemble au fond d'un puits. Évidemment, le personnage manquant singulièrement de réserve, leur conversation ne passa pas inaperçue, et ils furent vite abordés par deux étrangers qui eux-mêmes, s'étaient rendus dans cette région dans le but d'aller visiter ce fameux puits à la réputation surfaite. Et quelle ne fut pas leur déconvenue lorsqu'ils apprirent que ledit puits avait déjà été exploré et que ses trésors ne s'y trouvaient plus. Elle se présenta sous le nom de Mage Ymix, tandis que lui, Caberlot, ressemblait plus à un homme des bois recouvert de breloques et vêtu de plumes noires.

Tandis que leur conversation allait bon train, ils furent abordés par un petit homme, l'Vieux Kral, qui leur raconta que sa petite fille avait été enlevée par des hommes sauvages vivant dans des grottes à quelque distance de la ville. Ils l'écoutèrent d'une oreille, cherchant un intérêt à l'aventure qu'il leur proposait, jusqu'au moment où ils remarquèrent que sa barbe se détachait lentement, de même que sa moustache. Yama, qui jusque là végétait dans son coin, se jeta sur lui avec violence, lui agrippant le col et lui intimant l'ordre de leur avouer ce qu'il voulait vraiment. Terrifié par cette réaction disproportionnée, le jeune homme retira son déguisement et leur raconta une histoire relativement proche : il s'appelait en réalité Grandal, et sa compagne Émeline avait été enlevée par les hommes des cavernes vivant dans les falaises des Collines de la Pierre de Lune, et il lui fallait embaucher des aventuriers pour la récupérer. Ou au moins pour lui apporter la nouvelle de sa mort, le doute lui étant insupportable. Il n'était pas très fortuné, mais il possédait 3 objets magiques qu'il leur promit s'ils effectuaient ce petit voyage, quel qu'en soit le résultat.

 

Compréhensifs, ils acceptèrent la mission, et dès le lendemain, après quelques emplettes, ils prirent le chemin des Collines de la Pierre de Lune. Il leur fallut 3 heures pour atteindre lesdites falaises, qu'ils trouvèrent constellées de cavernes sur toute leur surface. Mais tandis qu'ils discutaient de la marche à suivre, un ours fit son apparition, poisson dans la gueule, qui les fit fuir, tous dans une direction différente. La Mage Ymix fut la seule à courir sur le chemin escarpé qui montait vers les cavernes. L'ours prenant la même direction qu'elle, elle s'en débarrassa par un sort de Glissade lancé sur l'ours, ce qui lui permit de monter jusqu'aux premières grottes sans être inquiétée. Une rapide exploration lui apprit que les lieux étaient fréquentés par des bêtes sauvages, des ours à n'en pas douter. Une fois l'animal parti, le groupe se concerta sur la méthode à suivre pour déterminer laquelle parmi toutes ces grottes était habitée par ces 'hommes des grottes'.

Mais alors qu'ils réfléchissaient, l'après-midi touchait à sa fin, et le soir s'installait doucement : et ils remarquèrent alors de la lumière s'échappant d'une grotte accessible par le chemin escarpé... Sans attendre, ils s'y rendirent, Yama en tête. Le samouraï s'engagea dans le couloir qui était éclairé par une petite torche. S'éclairant de sa propre lanterne, il s'engagea dans un couloir qui mena à une caverne habitée par deux sauvages. Mais à peine eut-il pénétré dans la pièce qu'ils se jetèrent sur lui avec une violence et une agressivité peu commune ! Ils le blessèrent gravement avant que ses compagnons d'aventure ne parviennent à lui venir en aide. Le combat fut rude et les coups pleuvaient – à noter que l'un des sauvages se battait avec une hache à deux mains, qui mit Yama à terre. Mais ses compagnons parvinrent à mettre un terme au combat, victorieux. Enfin, Caberlot s'empara de la Potion de Vigueur que Yama avait acheté le matin même à Calice, pour la lui vider dans le gosier. Aussitôt, le samouraï ouvrit les yeux, ayant récupéré toute sa santé !

 

Les aventuriers fouillèrent la caverne mais ne trouvèrent rien de spécial, hormis les armes et armures des sauvages, qui de surcroît portaient chacun un anneau.

 

Dans une seconde caverne, ils découvrirent une étrange machine qui dégageait une lumière inquiétante. Une étude de l'appareil leur apprit qu'il servait à siphonner l'énergie d'objets magiques (ils sacrifièrent un anneau trouvé sur un sauvage à cette fin), mais pour l'envoyer où ?

 

En outre, il n'y avait pas trace de la jeune fille à sauver. Se trouvait-elle dans une autre caverne ? Après avoir passé la nuit dans la salle de la machine, ils reprirent leurs recherches. Caberlot usa d'étranges pouvoirs pour se changer en corbeau, et s’envola pour aller jeter un œil dans toutes les autres cavernes des falaises. Mais à part des chauves-souris, des fientes d'oiseaux et des toiles d'araignées, il n'y avait là aucune trace de présence humanoïde. Ils commencèrent à soupçonner de s'être fait entuber, et sans attendre plus longtemps, reprirent la route de Calice, qu'ils atteignirent en milieu d'après-midi – mais aucune trace de Grandal à l'auberge du Cerf. Une longue errance dans les rues de la ville leur permit de tomber sur Grandal qui, à la façon d'un camelot, vendait des breloques à un public éberlué. Bien entendu, il n'avait aucunement l'air de pleurer sa belle disparue, allant même jusqu'à pâlir lorsqu'il aperçut les 4 aventuriers.

La foule dispersée, Séphorée le colla au mur pour lui promettre maintes souffrances s'il ne racontait pas la vérité, cette fois. Sous la menace, et sincèrement effrayé, il leur raconta alors qu'il s'appelait Ticrin, et qu'il avait une jeune sœur malade. Pour lui apporter des soins, il avait été obligé d'accepter un travail qui consistait à envoyer des aventuriers vers les Collines de la Pierre de Lune. Mais il ignorait ce qui s'y trouvait. Il ne savait pas qui était son employeur, un inconnu au visage masqué qu'il ignorait même comment contacter. Ils lui donnèrent trois jours pour retrouver cet inconnu, après quoi ils le retrouverait lui pour tenir leurs promesses de sévices. Puis ils le laissèrent partir.

 

Le lendemain, n'ayant que peu confiance, ils décidèrent de mener une enquête sur lui. Commençant par interroger les commerçants du quartiers, ils apprirent que le jeune Ticrin était un menteur, un tricheur et un opportuniste dont il fallait se méfier au plus haut point. Alors ils se mirent en quête de son adresse, et s'y rendirent dès lors qu'ils l'apprirent. Mais la fouille de sa maison ne leur apprit rien, si ce n'est qu'il passait tout son temps dehors – en plus du fait qu'il était passablement désordonné. Décidant alors de mettre à profit le talent de Caberlot pour communiquer avec les corbeaux, ils les envoyèrent dans la ville pour retrouver le malfrat, tandis que Yama se déguisa en mendiant avant de s'installer juste devant la maison afin de guetter son retour.

 

L'enquête des corbeaux s'avéra utile, car au bout de quelques heures d'attente à l'auberge du Cerf, l'un d'entre eux se présenta en tapant contre la vitre : il avait localisé Tircrin. Et contre quelques rations de nourriture, il mena Caberlot, Ymix et Séphorée à une petite boutique qu'ils atteignirent juste à temps pour voir le jeune menteur quitter les lieux à grandes enjambées, un lourd sac sur l'épaule. Manifestement il s’apprêtait à quitter la ville. Se jetant sur lui, les trois aventuriers le menacèrent de mort en lui ordonnant de les mener directement à son employeur, et ses supplications impliquant sa vieille mère les laissèrent de marbre. Il n'eut d'autre choix que de les mener dans une rue d'un quartier voisin, où ils furent accueillis par une veille femme qui semblait les attendre...[/color:28es4vj]

Modifié par Chrysalid
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

@florent - la suite c'est pour "Tel est Pris" 🙂 - "Les Vieux..." c'était un one shot (malgré les sublimes illus ^^)

@chrysalid - même réponse qu'à florent 😉

Mais du coup ce serait sympa une suite à "Les Vieux..."

A voir, si j'avais du temps 🙂

A voir...

@chrysalid, j'ai adoré lire ce rapport de partie, vraiment excellent, et rare pour beaucoup d'auteurs.

Merci, vraiment génial, j'ai hâte de lire la suite 🙂

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci merci, content que le résumé vous ait plu 😁

Bon, ça fait 2 ans que je conserve les chroniques de nos aventures dans tous nos jeux, du coup la qualité finale est trèèès variable et dépend de mon humeur du moment (et y a pas de relecture, désolé pour les fautes et les répétitions) ; j'ai de la chance, celle-là est plutôt bonne. Mais j'attends aussi de pouvoir vous livrer la suite, dès qu'on aura une date pour réunir tout le monde bien entendu.

Concernant Tel Est Pris, je le ferai jouer quand la suite existera. En attendant, je pense embrayer sur la campagne du Tambour (et en parallèle, j'ai commencé à étudier Loup Solitaire que je maîtriserai à l'occasion, et qui aura donc aussi droit à ses résumés, si ça vous intéresse... 😁 ).

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Grand Sorcier
Merci merci, content que le résumé vous ait plu 😁
C'est vraiment toujours sympa comme exercice.
Bon, ça fait 2 ans que je conserve les chroniques de nos aventures dans tous nos jeux
Rhha c'est vraiment une bonne idée que tu as eu. Moi je le fais mais depuis moins de temps, et je le regrette pour les parties plus anciennes, quand je vois combien on peut oublier même d'excellents moments de la vie, et les parties de jdr, ça a rarement été gonflant pour moi. 🙂
Concernant Tel Est Pris, je le ferai jouer quand la suite existera. En attendant, je pense embrayer sur la campagne du Tambour
Excellent choix, et en plus on a eu peu de retours sur notre 1ère campagne, donc ça sera très bienvenu !
en parallèle, j'ai commencé à étudier Loup Solitaire que je maîtriserai à l'occasion, et qui aura donc aussi droit à ses résumés, si ça vous intéresse...
Carrément.

Il ne faut pas oublier que le coeur historique de l'équipe Scriptarium est fan de LS avant tout. Par contre, certains scénarios sont à éviter, si tu as besoin de conseils, n'hésite pas !

@florent - la suite c'est pour "Tel est Pris" 🙂 - "Les Vieux..." c'était un one shot (malgré les sublimes illus ^^)
😁 C'est pas faute d'avoir bien décortiqué les deux scénarios avant publi. Mais tu sais ce que c'est le grand âge, c'est jamais bon, même pour un puissant mago...
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Scriptarium
Merci merci, content que le résumé vous ait plu 😁

Bon, ça fait 2 ans que je conserve les chroniques de nos aventures dans tous nos jeux, du coup la qualité finale est trèèès variable et dépend de mon humeur du moment

J'ai appris récemment que les comptes-rendus de parties (baptisés replays) étaient très prisés au Japon, qu'ils sortaient sous forme de bouquins papier et que les tirage pouvaient même dépasser ceux des livres de base !

Tu sais ce qu'il te reste à faire...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Carrément.

Il ne faut pas oublier que le coeur historique de l'équipe Scriptarium est fan de LS avant tout. Par contre, certains scénarios sont à éviter, si tu as besoin de conseils, n'hésite pas !

Ah ben évidemment, si y a moyen de savoir quels scénarii sont à jouer et lesquels sont à éviter, je suis preneur ! Pour l'instant, j'ai récupéré tous les PDFs sur le site officiel de Loup Solitaire (ils seront imprimés en format livret), mais n'ai pas encore commencé à lire...

J'ai appris récemment que les comptes-rendus de parties (baptisés replays) étaient très prisés au Japon, qu'ils sortaient sous forme de bouquins papier et que les tirage pouvaient même dépasser ceux des livres de base !

Tu sais ce qu'il te reste à faire...

Ah quand même ! oO Honnêtement, j'aurais bien des années d'aventures à faire partager (essentiellement AD&D², JRTM, et mon jeu perso), mais le style n'est pas toujours très lisible, et comme je l'ai dit, de nombreuses aventures ont été méchamment résumées, du coup il n'en reste parfois pas grand chose. Bien sûr, le bon plan serait carrément de travailler un roman à partir d'une campagne.

Mais bon, c'est vrai que de disposer de résumés d'aventures connues, ça peut présenter un intérêt (sur le forum du Donjon du Dragon, je crois qu'il y a un des membres qui a conservé tous mes résumés quand ça concernait la Nuit des Profondeurs, une big campagne AD&D² qu'on a mis 4 ans à terminer ^^).

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Impressionnant tout de même.

Chrysalid et les autres narrateurs m'ont donné envie de m'y mettre aussi.

Je vais donc ouvrir très prochainement un sujet de compte-rendu de partie concernant mon groupe de joueurs.

Ce sera surtout des scénars maison, parce que certains joueurs ont lu la campagne (et pour cause, y a deux membres de Scripatrium à ma table).

Cela devrait arriver demain ou vendredi.

J'aime bien l'idée de partager nos scénars sur la toile, comme ça chaque MJ pourrait puiser l'inspiration à droite et à gauche...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les Vieux, c'est Mystérieux, suite (9-août-15)

Séphorée, Caberlot, Yama, Ymix

 

 

La vieille femme aux cheveux blancs se présenta sous le nom d'Isabelle. Elle leur raconta que depuis longtemps déjà, elle avait monté un petit stratagème destiné à subtiliser aux aventuriers de passage leurs objets magiques, afin d'alimenter une machine dont la fonction était de maintenir fermé un cachot magique, dans lequel était enfermé un monstre innommable. Hélas, le fait que les aventuriers avaient capturé Ticrin et vaincu les deux guerriers de la caverne était une très mauvaise nouvelle pour la région, et peut-être même pour le monde : en effet, ce démon de l'ancien monde, par conséquent, allait se libérer dans les 2 jours. Aussi les prévint-elle de garder l'oeil ouvert et d'intervenir à la moindre alerte, car aussitôt libérée, cette créature s'en prendrait aux villes, et tuerait ses habitants sans en laisser un seul derrière lui.

 

Un peu inquiets, quoi qu'assez peu concernés, les aventuriers quittèrent Isabelle en se demandant pourquoi ils agiraient ? En effet, il n'y avait là qu'une mission sans aucune récompense, aucun intérêt réel à part celui de sauver la cité de Calice. Soit. Les délibérations furent longues, mais ils finirent par accepter l'idée d'affronter un démon. Mais avant tout, ils s'équipèrent en armes, armures et Potions de Vigueurs car il était évident que le combat serait violent.

 

Le lendemain, après une nuit à l'Auberge du Cerf, ils décidèrent de ne pas attendre les deux jours conseillés par Isabelle et d'aller la voir immédiatement. Ils lui exposèrent leur intention, et elle accepta de les accompagner sur le champ. Aussitôt qu'elle fut prête, le petit groupe prit la route. Comme elle marchait lentement, il leur fallut une bonne journée de marche pour atteindre les falaises des Collines de la Pierre de Lune. Hélas, à peine furent-il entrés dans la caverne de la machine, Isabelle s'excusa avant de leur lancer un sort – tous tombèrent, conscients mais complètement immobilisés. Ils la virent alors fouiller leurs affaires avec frénésie pour leur voler quelques objets magiques qu'elle plaça dans la machine avant de quitter les lieux d'un pas alerte. Après quelques minutes, les aventuriers retrouvèrent leur mobilité, et tous entreprirent de lui courir après tandis que Caberlot reprenait sa forme de corbeau pour voler derrière elle – il constata avec surprise qu'elle n'avait rien d'une vieille femme fatiguée, il avait même presque du mal à la suivre !

 

Épuisés par leur journée de marche, les aventuriers retraversèrent les collines dans l'autre sens en tentant tant bien que mal de suivre le rythme, mais il leur fallut toute la nuit pour atteindre Calice, où s'était rendue Isabelle avant eux. Ils traversèrent la ville au petit matin, pour constater que la rue où vivait Isabelle était saturée de monde. Il y avait là toute une foule de paysans et de villageois en colère, fourche en main, qui hurlaient à la sorcière : et au milieu d'eux, Isabelle qui semblait avoir rétrécit tandis que son visage affichait moins de ride que la veille au soir...

 

Après une rapide concertation, ils tentèrent de se faufiler dans la foule jusqu'à elle pour la soustraire à la vindicte populaire, mais seuls Yama et Ymix parvinrent à l'atteindre. Séphorée et Caberlot (redevenu humain) ne purent que rester à distance. Devant la colère des autochtones, Yama eut un réflexe : pousser Ymix et Isabelle dans la maison de cette dernière pour lui demander des explications. Mais il réalisa vite son erreur : les paysans commencèrent à leur lancer des pavés à travers les fenêtres ! Alors la Mage lança un sort de Ténèbres sur la fenêtre, qui se répandit dans la rue, effrayant les paysans qui se dispersèrent par le fait ! Profitant de la surprise, Yama, Ymix et Isabelle sortirent de la maison et s'enfuirent par la rue du Blard, une ruelle sale et malodorante, tandis que Caberlot tenta une diversion en criant : « Ils sont partis par là », indiquant évidemment une direction opposée. Et tandis que la moitié de la populace se laissa abuser par son stratagème, l'autre repéra les fuyards et se lança à leur poursuite en leur lançant des tomates et des œufs.

 

En haut de la rue du Blard, ils prirent à gauche sur la rue Tire-Cul qui les mena directement à la Porte Est de la ville, qu'ils franchirent en courant. Peu à peu, le nombre de leurs poursuivants s'amenuisait, et au final, les seuls à les rattraper furent Séphorée et Caberlot. Ils s'arrêtèrent tous dans une petite clairière afin de respirer. Là, ils constatèrent qu'Isabelle avait à présent l'apparence d'une magnifique jeune fille aux cheveux soyeux presque blancs et aux grandes ailes de libellule. En outre, elle ne mesurait plus qu'une quarantaine de centimètres.

Sous leurs menaces, et tandis que Séphorée la maintenait par les cheveux, elle leur avoua qu'elle était en réalité une FÉE DES CASCADES, une créature connue pour conférer chance et bonheur à quiconque l'enferme et la conserve. Évidemment, toute la population des fées des cascades avait fini par disparaître à force d'être chassées et enfermées. Isabelle pourrait très bien être la dernière de son espèce. Elle avait pris apparence humaine pendant un temps pour se mettre en sécurité, mais la supercherie ayant touché à sa fin, elle devait à présent disparaître dans une cascade lointaine inconnue des hommes. Il n'y avait pas de démon ni de femme enlevée, tout cela n'avait été que supercherie pour maintenir le mensonge en place.

Comme les aventuriers l'avaient protégée en dépit de ce qu'elle leur avait fait, elle leur avoua que Ticrin n'avait pas menti sur tout : les 3 objets magiques qu'il leur avait promis au tout début existaient bel et bien. Ils se trouvaient dans la caverne des barbares, enterrés sous l'une des paillasses.

 

Refroidis par les nombreux mensonges dont ils avaient été victimes, ils ne la crurent pas tout de suite, exigeant de retourner vers les cavernes pour trouver les fameux objets avant d'envisager la libération de la fée.

 

Mais cette fois-ci c'était vrai. Car après être retournés une énième fois dans la caverne, ils finirent par trouver un bâton de mage, un sac à contenance illimitée et un anneau de feu qu'ils se partagèrent avant de libérer Isabelle...

Note : Voici enfin la fin de cette aventure commencée en avril. Hélas, nous n'avions pu réunir tous les participants jusque là (toujours cette saloperie de vie d'adulte), mais voilà qui est fait. Une aventure terminée bien comme il faut, mais à suivre pour la prochaine !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci pour ta narration ! Moi qui avais l'intention de procéder de la même manière avec mes parties de DF le JDR, j'ai du provisoirement remettre à plus tard. Faut dire que j'ai eu jusqu'à 6 joueurs pour la 1ère partie, ça complique ! Et j'ai voulu un univers touffu avec de nombreux PNJs. Bref, pas pour tout de suite. en tout cas bravo pour ton résumé.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui, enfin le nombre de joueurs présents ne change rien. Si tu veux conserver les chroniques de tes aventures, je te conseille de les écrire le plus vite possible pour ne pas oublier de détail important - genre qui a fait quoi, l'ordre des évènements, etc. Pour ma part, comme on joue souvent le samedi, j'écris invariablement le résumé le lendemain dimanche au matin afin de profiter que j'ai encore tout en mémoire. Sinon ça a tendance à s'effacer petit à petit...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La Malédiction d'Idion (14-mai-15)

Séphorée, Caberlot

Dans les semaines qui suivirent leur périple dans les Collines de la Pierre de Lune, les aventuriers se séparèrent, vaquant chacun à leurs objectifs personnels. Le hasard voulut que Caberlot et Séphorée prirent la même direction, à savoir le sud de Calice. Quelques jours de marche les menèrent à l'est de la Forêt de Yore, jusqu'à la cité de Salamonis qu'ils atteignirent un Foudredi. C'était une grande ville nichée au cœur des Aiguilles Rocheuses et dans laquelle Séphorée espérait bien faire quelques affaires.

Cependant, tandis qu'ils s'étaient rendus dans une taverne pour acheter un petit tonneau de bière, le jeune prêtre du culte Corbeau remarqua une nuée d'oiseaux noirs survoler la ville. Intrigué, en interrogea un qui, sans doute affamé par son voyage, s'était posé à peu de distance de là. L'animal lui répondit dans son langage rocailleux que les oiseaux fuyaient un lieu maudit. Puis il repartit à tire d'ailes. Comme la nuée prenait la direction du nord-ouest, ils demandèrent à un autochtone ce qui se trouvait au sud-est de la ville. On leur parla du village de Crocheroc, essentiellement constitué de bergers et de moutons, un lieu calme et sans histoires.

Intrigué par ce qui pouvait bien effrayer des corbeaux, et convainquant Séphorée de l'or qu'elle pourrait espérer y gagner, Caberlot planifia leur voyage jusqu'à ce petit village de montagnes.

Le lendemain Lunedi, ils marchèrent quelques heures à travers collines et montagnes, avant de se faire attaquer par une petite troupe de GOBELINS piaillant dont la trop bonne facture des armes et armures surprirent les deux voyageurs. Ils se défirent néanmoins de leurs opposants sans difficulté, et purent reprendre leur route vers Crocheroc. Lorsqu'ils arrivèrent en vue des premiers pâturages, Caberlot décida d'en faire le tour pour surveiller le berger et repérer d'éventuels problèmes. Mais à part une mauvaise chute dans les ronces qui obligea Séphorée à se couvrir la bouche pour ne pas éclater de rire, Caberlot ne vit là rien d'anormal. Ils retournèrent sur la route et reprirent leur périple vers Crocheroc. Cependant, toujours méfiants, ils n'y pénétrèrent pas directement, préférant contourner une colline pour surveiller les fermes alentours avant toute chose. Mais à nouveau, rien d'anormal. Alors ils revinrent sur la voie principale et entrèrent dans le village d'un air détaché pour n'éveiller aucun soupçon. Mais les habitants ne les remarquèrent même pas. Ou à peine. Car tous allaient et venaient, effectuant leurs tâches de la journée d'un air absent et tendu. Comme s'ils étaient dans l'attente de quelque catastrophe.

Caberlot et Séphorée visitèrent un peu les lieux, lorsque dans le milieu de l'après-midi un hérault vint déclamer un message à la population : « Crocheroc est en danger! Notre village est sous la menace de monstres, détruisant tout sur leur passage depuis plusieurs semaines maintenant. De plus, beaucoup d'hommes ont déjà trouvé la mort en les affrontant, rejoignant leurs rangs. Si personne n'intervient, notre village n'existera plus dans peu de temps. Le seigneur recherche des aventuriers assez braves et forts pour combattre ces créatures et rechercher la cause de cette invasion meurtrière. Le Conseiller Tolbus tiendra une réunion publique à la nuit tombée sur la place du village. ». Aussi, le soir-même, après s'être restaurés à l'Auberge du Mouton à Cinq Pattes, ils se rendirent sur la place où une estrade avait été installée pour y accueillir le Seigneur Tolbus – mais la populace était peu nombreuse, car c'est à peine si une petite dizaine de villageois avaient fait acte de présence.

Cette rencontre fut décisive, car les deux aventuriers apprirent que le village était sous la menace d'une horde de zombies depuis 2 mois. Les monstres, à l'origine sortis du cimetière, attaquaient les maisons et leurs habitants toutes les nuits de pleine lune, la prochaine attaque devant avoir lieu le lendemain soir. Une courte négociation plus tard, les aventuriers acceptèrent une récompense de 4 pièces d'or chacun pour aller régler le problème – le responsable tout désigné étant Idion, un vieux magicien vivant à proximité de Crocheroc depuis toujours et seul pratiquant des arts magiques de la contrée.

La mission était acceptée, ils menèrent une rapide enquête au cimetière où ils eurent la confirmation que de la magie avait été employée ici pour réveiller certains corps. Mais la sélection semblait totalement aléatoire. Ensuite ils se rendirent à l'Auberge du Mouton à Cinq Pattes pour s'y reposer des kilomètres accumulés dans la journée. Mais ils trouvèrent les prix exorbitant, aussi partagèrent-ils une chambre...

Le jour suivant Flammedi, ils quittèrent Crocheroc et s'enfoncèrent dans les collines boisées entre les pics rocheux, espérant atteindre le Fort Englouti où vivait Idion après une petite heure de route. Mais leur périple leur réserva quelques surprises. En effet, dans un petit chemin de forêt, ils croisèrent la route de deux morts-vivants qu'ils vainquirent en unissant leurs forces. Plus loin c'est un cercle de cultistes adeptes de la mort qu'ils repérèrent en train de danser autour d'un énorme tas d'ossements. Enfin, ils tombèrent sur Arwed, un druide en colère qui avait perdu ses compagnons du cercle druidique dans une attaque de zombies. Il leur confia qu'il devrait peut-être quitter la contrée si elle était perdue.

Il fallut encore parcourir une bonne distance aux deux aventuriers pour arriver à la fameuse Colline Verte indiquée par Arwed, bien que l'entrée du Fort Englouti fut assez vite repérée.

Alors ils entrèrent et durent affronter GOBELINS et SQUELETTES qui gardaient les lieux. Ils se servirent dans les coffres et investirent une cuisine où bouillonnait quelque chose d'inconnu, que Séphorée ne put s'empêcher de corser un peu en vidant la salière dedans – ce à quoi Caberlot ajouta aussi les corps de deux gobelins. Enfin ils arrivèrent dans une sorte de grand laboratoire où ils rencontrèrent le vieux Idion. Lorsqu'ils lui racontèrent ce qui s'était passé dans la région, il leur raconta, complètement dévasté, que tout était de la faute de Tolbus, ce fat qui ne croyait qu'en la supériorité de la noblesse et des statut sociaux. Or, Idion n'était lui-même qu'un petit magicien qui n'avait même jamais franchi les portes de la Guilde de Yore, contrairement à ses illustres ancêtres... Alors un jour il avait animé un cadavre pour se venger de Tolbus, mais quelque chose avait dû mal se passer, car ledit cadavre lui avait arraché sa baguette magique, et avait réveillé des morts du cimetière. Lui-même n'avait rien pu faire pour régler le problème. Cependant, il leur avoua que ce premier cadavre s'était retranché dans son petit Fort Englouti, et se cachait dans la pièce d'à-côté avec la baguette magique...

Sans hésiter un instant, les deux aventuriers s'y engouffrèrent et tombèrent nez-à-nez avec un CHEVALIER NOIR MORT-VIVANT. Le combat fut violent, et Caberlot subit de graves blessures, la dernière l'envoyant au tapis pour le compte. Puis Séphorée parvint à détruire le cadavre avant de se pencher sur le jeune prêtre du Corbeau... mais celui-ci paraissait au seuil de la mort... alors elle usa d'une faveur que lui avait donnée Isabelle la Fée des Cascades quelques semaines plus tôt, en demandant à la déesse Courga de sauver son compagnon d'aventure... et elle fut exaucée. Caberlot revint à lui, conscient qu'il aurait dû mourir suite à cette blessure.

Récupérant sa baguette, Idion mit fin à la malédiction qui pesait sur la région. Séphorée lui rappela qu'il avait causé la mort de nombreuses personnes, et qu'il devait rendre compte devant la justice, mais Idion refusa catégoriquement de les suivre au village, préférant se faire oublier aussi longtemps que possible. Puis Caberlot rappela qu'ils avaient été payés pour régler le problème des zombies, ce qu'ils avaient fait. Alors les deux Héros purent retourner au village, où le Conseiller Tolbus les gratifia d'une récompense inattendue de 1 pièces chacun !

Modifié par Chrysalid
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Eh bien on a dû commencer à jouer vers 2h, mais au début on a été un peu dispersé, le temps que les pizzas arrivent et qu'on finisse de manger (autour de la table de jeu, c'est pas toujours pratique). Ensuite, j'avoue qu'il y a eu pas mal de hors-jeu, mais une fois lancé c'était bon. On a dû jouer jusqu'à 3h du mat'...

J'avais deux joueurs, tous deux expérimentés, et ils ont bien apprécié la séance.

Autre chose, on a testé la méthode alternative des épreuves de caracs, et je crois qu'elle fait l'unanimité 😉

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


×
×
  • Créer...

🍪 Vous prendrez bien quelques cookies ?

Notre système requiert l'installation de certains cookies sur votre appareil pour fonctionner.