Aller au contenu

Coda

Membre
  • Compteur de contenus

    264
  • Inscription

  • Dernière visite

Visiteurs récents du profil

541 visualisations du profil

Réputation de Coda

  • Assidu
  • Démarreur de conversation
  • Une semaine déjà
  • Un mois déjà
  • Réagi bien

Badges récents

74

Réputation sur le site

  1. Qu'est-ce qui ne fonctionne pas chez toi au niveau de l'organigramme? Je viens de vérifier et tout semble être en ordre chez moi.
  2. Ah misère, j'espère qu'on ne devra pas tout refaire l'organigramme. Au sujet de la tournure de phrase, ne serait-il pas mieux de dire: Il mot qu'ELLE vient de prononcer? Afin de guider le lecteur vers une réponse possible?
  3. Très bien, comme d'habitude. Ça se calme au travail, je pense à ma prochaine participation!
  4. Je ne pense pas que le Cornu dirait son objectif. Ça irait contre le concept de l’assassin amoral que l’on a mis en place jusqu’à présent. Pour moi c’est comme un golem silencieux qui ne cherche qu’à accomplir son objectif sans libre-arbitre. Je ne vois pas pourquoi il révèlerait être envoyé par KC. Ça ne serait pas dans l’intérêt de KC qui est Somme toute son maître.
  5. Comment s’assurer que le lecteur sache qu’il doit se rendre à Fang après le poste de traite? Je pensais le mentionner pour la question avec l’elfe “où se cache Kym’Chull” mais si le lecteur ne prend pas cette option, que faire?
  6. 02. L’elfe reste impassible alors que vous lui expliquez dans les moindres détails votre rencontre avec la créature cornue. Au terme de votre récit, il reste silencieux quelques instants visiblement pensif. Après s’être massé les tempes du bout des doigts, il vous répond enfin: “Je ne saurais expliquer à un profane toutes les nuances et complexités propres à l’invocation d’une entité magique. Très peu d’adeptes de la sorcellerie s’y risque car la moindre erreur, aussi minuscule soit-elle, peut s’avérer fatale.” Il pianote distraitement sur la surface de la table en bois, toujours en réflexion et continue son monologue: “Il m’est difficile de dire avec certitude la nature de la chose qui te poursuit avec seulement les quelques bribes que vous m’avez racontées. Je peux cependant vous assurez que ce genre d’esprit ne s’est pas retrouvé ici par hasard et par sa propre volonté. Un esprit du genre ne peut habiter notre monde pendant longtemps tout comme un poisson ne saurait vivre hors de l’eau. Quelque chose sert d’ancrage au Cornu et lui permet de vous pourchasser. J’ai bien peur pour vous que la seule manière de vous débarrasser définitivement de votre poursuivant est de détruire l’objet utilisé lors de son invocation.” Il se tait ensuite, se contenant de fixer les flammes s’agitant dans l’âtre, perdu dans ses pensées. * * * Est-ce que je remets un lien pour poser une autre question? Mon paragraphe sous-entend que le Cornu et la dague sont liés. La destruction de la dague est donc le salut du héros et par le fait-même l’objectif de l’aventure. Est-ce que ça va? Je trouve que c’est plus élégant ainsi. Tout est lié.
  7. Je ne suis pas sûr de comprendre la question. Tu veux dire son utilité? J’allais faire que le héros est épié par quelqu’un et le chien se met à grogner pour l’avertir.
  8. Mon paragraphe pas encore ajouté. Bon encore six à faire: X-X Vous quittez la cour déserte et entrer dans le sanatorium proprement dit. La lourde porte d’entrée a depuis longtemps été enfoncée et gît désormais hors de ses gonds. Chacun de vos pas se répercutent bruyamment sur le plancher en damier du vestibule et vous craignez d’être découvert à tout instant par les nouveaux locataires de l’hospice. La lumière diffuse de la lune qui pénètre par les nombreuses fenêtres de l’entrée vous permet heureusement d’enjamber les diverses immondices qui jonchent le sol. Si vous êtes accompagné d’un chien-griffon, rendez-vous immédiatement au… Sinon, vous pouvez passer au peigne fin les rebuts en espérant de trouver quelque chose de valeur, rendez-vous au Vous pouvez quitter le vestibule pour explorer le contenu des cellules, rendez-vous au EDIT: Ok j'ai tout ajouté: 04. Vous quittez la cour déserte et entrer dans le sanatorium proprement dit. La lourde porte d’entrée a depuis longtemps été enfoncée et gît désormais hors de ses gonds. Chacun de vos pas se répercutent bruyamment sur le plancher en damier du vestibule et vous craignez d’être découvert à tout instant par les nouveaux locataires de l’hospice. La lumière diffuse de la lune qui pénètre par les nombreuses fenêtres de l’entrée vous permet heureusement d’enjamber les diverses immondices qui jonchent le sol. Si vous êtes accompagné d’un chien-griffon, rendez-vous immédiatement au 134. Sinon, vous pouvez passer au peigne fin les rebuts en espérant de trouver quelque chose de valeur, rendez-vous au 154. Vous pouvez quitter le vestibule pour explorer le contenu des cellules, rendez-vous au 164. Ou encore fouiller le bureau du superintendant, rendez-vous au 184. Ou encore fouiller le bureau du superintendant, rendez-vous au…
  9. J’ai un paragraphe de fait. Me manque juste à l’ajouter. Je me suis remis de la mauvaise nouvelle maintenant. On continue.
  10. Je pense que qu'il faut respecter la quota puisque c'est dans l'esprit du projet communautaire. J'imagine qu'on est mieux de continuer alors en espérant qu'Elvin reprenne la main plus tard. Pour l'organigramme c'est le mieux que j'ai trouvé en ligne . Si tu trouves une alternative je suis preneur!
  11. Ben c'est quoi ton avis sur la question toi? On fait quoi?
  12. Ouf, la mauvaise nouvelle. Le truc c'est si on continue sans toi (Elvin) tu auras tellement de retard que tu risques de ne plus reprendre la main et de te tirer comme Julien. Bref, j'imagine que le projet est en pause jusqu'à ce que tu reviennes, je ne vois pas d'autres solutions. C'est quand même dommage quand un paragraphe peut être rédigé en moins de cinq minutes, tu es sacrément occupé, il y a pas à dire!
  13. Tu es en feu! Toujours bien écrit. J’attends Elvin pour reprendre.
×
×
  • Créer...

🍪 Vous prendrez bien quelques cookies ?

Notre système requiert l'installation de certains cookies sur votre appareil pour fonctionner.