Aller au contenu

Gollum

Membre
  • Compteur de contenus

    15
  • Inscription

  • Dernière visite

Visiteurs récents du profil

65 visualisations du profil
  • Kroc

  • Coda

  • Cdang

Réputation de Gollum

  • Actif
  • Assidu Rare
  • Démarreur de conversation
  • Premier message
  • Une semaine déjà

Badges récents

6

Réputation sur le site

  1. Ah... Même si j'en suis sincèrement désolé pour toi, ça fait plaisir de ne pas être le seul... Je me sentais un peu mouton noir maudit pour le coup. Une autre manière de résoudre le problème (mis à part effacer les cookies - avec Ctrl + Alt + Suppr par exemple) : redémarrer l'ordinateur. Aujourd'hui, quand j'ai relancé la machine, tout fonctionnait normalement (alors que je n'ai pas effacé les cookies en quittant hier)... Bref, c'est un tout petit inconvénient en fait. Et un big merci à Kroc qui n'a pas ménagé ses efforts pour me répondre et essayer de résoudre le problème de plein de manières différentes.
  2. On rejoint ici un thème qui m'a bien fait réfléchir, et qui me fait réfléchir encore beaucoup… Surtout maintenant que je m'intéresse à des jeux comme Fate… En fait, il n'y a pas de jeu purement simulationnistes ou purement narrativistes. Dans un jeu de rôle, on vit toujours des aventures en les racontant. Du coup, il y a toujours un minimum de simulation de ce qui se passe, et un minimum de narration pour le décrire. Sans ce minimum de simulation, la suspension d'incrédulité ne pourrait plus avoir lieu. Et, sans le minimum de narration, on ne serait plus dans une partie de jeu de rôle, mais dans du pur wargame… Tout système est donc le choix d'un certain équilibre entre simulation et narration. Alors certes, certains jeux insistent plus sur l'aspect simulation, au point de se rapprocher parfois beaucoup du wargame (le système de combat de D&D4 par exemple) tandis que d'autres vont insister beaucoup plus sur la narration (les jeux PTBA). Mais certains jeux recherchent un plus juste milieu entre les deux, avec des règles où la simulation est suffisamment légère pour laisser aux MJ et aux joueurs le loisir de se concentrer sur la narration (Fate) ou en incorporant des effets purement narratifs au sein de principes essentiellement simulationnistes (comme le redoublement du lancé de dé en cas d'échec ou le fait qu'un jet raté ne signifie pas toujours que le personnage à échoué dans la 7e édition de L'appel de Cthulhu). Mais je suis malgré tout d'accord avec ce que vous écrivez : dans certains cas, cette recherche d'équilibre peut-être ratée et donner un résultat plutôt bancal…
  3. Bonjour tout le monde. Pendant un moment, je n'arrivai plus à poster aucun message sur le forum. Ni même à envoyer un MP à Kroc pour le lui dire... Je pouvais rédiger sans difficulté, mais quand je faisais "Enregistrer" ou "Envoyer", tout se bloquait... Ça semblait attendre que quelque chose se passe, indéfiniment... Je pouvais revenir en arrière, mettre la page à jour, mais rien de ce que je n'avais écrit n'avait alors été pris en compte... Contacté par mail, Kroc m'a proposé d'effacer les cookies du site. Ça a résolu le problème un temps puis il est revenu. J'ai essayé de voir si ça faisait la même chose avec un autre navigateur (j'utilise habituellement Firefox), mais ça ne changeait rien... Est-ce que je suis le seul a avoir ce problème (qui est apparu le 14 Juillet) ?
  4. Ha, ha, ha ! Tu as tout à fait raison. Désolé, je suis un incorrigible bavard.
  5. Alors non, en fait, la science n'est précisément pas une affaire de points de vue. C'est malheureusement une idée qui est véhiculée un peu partout et, donc, généralement admise comme vraie, mais elle est fausse. Et souvent utilisée pour justifier les fake news les plus invraisemblables... Pour que quelque chose soit considéré comme faisant partie de la science, il faut que ce soit démontré et de telle sorte que tous les scientifiques (mis à part quelques hurluberlus - il y en a toujours) l'admettent comme vrai. Autrement dit, il faut que les expériences qui servent à le prouver soit reproductibles par n'importe qui, n'importe où, de façon incontestable... La croyance que tout est relatif vient du fait qu'on confond science et recherche. La recherche est pleine de controverses entre les scientifiques. Précisément parce qu'elle n'est pas encore de la science. C'est seulement de la recherche et ce n'est donc ni sûr, ni démontré. Or, certains chercheurs présentent leurs premiers résultats comme s'il s'agissait de science. Ils aimeraient bien que ce soit le cas, mais ça ne l'est pas encore... Ne les blâmons pas trop, cette impatience et somme toute très humaine... La science, elle, rassemble les faits dont la recherche est terminée et n'est donc plus remise en question. Exemple : la Terre tourne autour du Soleil et pas l'inverse. Bien sûr, ces vérités scientifiques peuvent être par la suite formulées autrement, notamment dans une théorie plus vaste qui les englobe (oui mais le Soleil tourne dans la galaxie qui tourne elle-même dans l'univers en expansion ; le Soleil n'est donc pas le centre de l'univers), mais elles ne sont pas remises en question pour autant... Cette croyance relativiste nous vient également d'une très mauvaise compréhension des travaux d'Einstein, notamment ceux sur la relativité (restreinte puis générale). Einstein affirme en effet l'inverse de la croyance relativiste : les lois physiques sont vraies quel que soit le référentiel ! La vitesse de la lumière sera donc toujours constante, que j'allume ma lampe de poche en étant immobile, dans un train à très grande vitesse ou même dans un vaisseau spatial qui va déjà à la vitesse lumière. Du coup, certaines choses deviennent effectivement relatives (le temps, qui dépend de la vitesse, par exemple). Mais les lois physiques, elles, ne varient pas d'un iota. Bref, tout n'est pas affaire de points de vue. En tout cas pas la science. Par contre, les goûts et les couleurs, oui, là, c'est très relatif. Je suis entièrement d'accord. ___ P.S. : Je n'ai rien inventé de ce que j'écris ici (j'aimerais bien, mais, bon, je n'ai pas le niveau pour le faire). Vous trouverez tout cela bien mieux expliqué dans les ouvrages (ou les vidéos sur YouTube) d’Étienne Klein, physicien et épistémologue. Et ça fait du bien de l'écouter, car tous les discours ne se valent pas : les croyances d'un fanatique religieux, d'un politicien véreux ou d'un scientifique qui a étudié son sujet ne sont pas aussi vrais les uns que les autres...
  6. Bonjour Kioresse. C'est quoi le projet de Coda ? Ton "teaser" m'a intrigué...
  7. Gollum

    Humour

    Excellent !
  8. Gollum

    Présentation de Gollum

    Oui, les suppléments de GURPS sont extraordinaires. La plupart d’entre eux sont écrits par des spécialistes de la question (le supplément High-Tech sur les armes à feu, par exemple, a été principalement rédigé par des instructeurs de la police et de l’armée), ou au moins des amateurs particulièrement éclairés. Même quand on connaît bien le sujet, on est agréablement surpris par l’exactitude de ce qui s'y trouve (j’ai ainsi pu lire avec joie les précisions qui étaient apportées sur le style de karaté traditionnel que je pratique depuis presque 25 ans)… En ce qui concerne la mortalité, comme toujours avec GURPS, tout dépend des options que l’on choisit (hémorragie ou pas ? localisation des coups ou pas ?) et, surtout, des maximums que l’on autorise pour les caractéristiques des PJ. Comme je le disais ci-dessus, GURPS est un jeu où l’on peut aller du réalisme le plus dur au super-héroïsme le plus délirant. Mais ce que je n’ai pas encore précisé pour ceux qui ne le connaissent pas, c’est qu’on le fait avec les mêmes règles ! Du coup, si on veut un personnage réaliste et qu’on autorise sans y faire attention un joueur à mettre un score un peu trop élevé en Intelligence, par exemple, on se retrouve non plus avec un Einstein, mais avec un génie qui sait absolument tout sur tout bien mieux que les experts en la matière (façon Walter O’Brien dans la série Scorpions). Et il en va de même pour la Santé. Si le personnage sort des scores habituels pour un être humain ordinaire (entre 8 et 12), ce ne sera plus du tout un être humain ordinaire. Sa résistance aux blessures deviendra celle d’un héros à la Indiana Jones, en effet, voire à la John McClane… Ou même, en poussant le bouchon un peu plus loin (au-dessus de 16), il passera carrément dans le camp des super-résistants comme Batman ou Spiderman… Bon, il reste vrai qu'avec un simple 12, il pourra déjà encaisser quelques coups de katana ou quelques balles de 9 mm avant de s’effondrer. Et il aura de fortes chances d'être laissé dans le coma par ses adversaires au lieu de mourir… Mais c’est voulu par les auteurs ! Rappelons-nous qu’un personnage de GURPS ne gagnera jamais de points de vie supplémentaires (ces derniers n’augmentant pas avec l’expérience). Alors, perdre au premier coup de poignard un personnage qu’on a pris du temps à créer et qui est en train de vivre sa 25e aventure juste parce que la réalité est censée être impitoyable, c’est un peu rude quand même… Dans Rêve de Dragon, ce problème est résolu autrement. Certes, les personnage résistants sont un peu plus mortels (quoique, à moins d’avoir de la malchance aux dés, un combattant de choc avec ses 29 points d’endurance va quand même pouvoir prendre un paquet de coups d’épées de Groin avant de s’écrouler), mais on ne meurt pas vraiment. Le problème ne se pose pas et n'a donc pas à être résolu…
  9. Gollum

    Présentation de Gollum

    C'est un jeu plus simple qu'il n'en a l'air. Quand on le regarde (500 pages de règles rien que pour le Basic Set !), c'est très intimidant. Mais une fois qu'on a compris qu'il est universel (tous les univers possibles), générique (tous les genres imaginables, depuis le réalisme le plus dur jusqu'au super-héroïsme le plus délirant), on comprend alors que tout y est complètement optionnel et à n'utiliser qu'en fonction de son monde de jeu et de ses envies. De plus, on constate alors avec joie que tout étant noté sur 20 (les caractéristiques, comme les compétences et toutes les autres capacités), il suffit de lancer 3d6 et d'obtenir un résultat inférieur ou égal à celle qui est utilisée (après l'avoir assortie d'un éventuel bonus ou malus pour refléter la difficulté) pour réussir une action. Que ce soit pour escalader une falaise, réparer un droïd, lancer un sort, utiliser un pouvoir télépathique, flanquer un coup d'épée ou esquiver le poignard d'un adversaire. C'est aussi simple que ça…
  10. Gollum

    Présentation de Gollum

    Merci beaucoup pour le commentaire et pour Venturus 1. L'interview de Steve Jackson était passionnante. On y reconnaît bien son humour et son pragmatisme. Ah, le Marais aux scorpion, un de mes préférés ! Même bien avant que je ne sache que c'était lui qui l'avait écrit. Merci.
  11. Tout à fait ! Mais ce n'était pas le but. Cela fait en effet très longtemps que je sévis un peu partout sur le net avec cet avatar (notamment sur les forums Steve Jackson Games, Black Book Editions, et le BRP Central)... Si j'aime bien le côté un peu schizo du personnage (on est tous plein de contradictions internes), j'apprécie surtout le fait que, sans lui, la Terre du Milieu n'aurait pas été sauvée... Je viens tout juste de poster ma présentation qui expliquera à ceux qui souhaitent la lire le cheminement qui m'a conduit à écrire le message ci-dessus.
  12. Bonjour à tous. J’ai posté mon premier message dans le forum et la politesse exige (et elle a bien raison) que je me présente à vous pour que vous sachiez d’où je parle, à défaut de savoir qui je suis… Le sais-je seulement moi-même ? La question reste posée… Déjà, comme vous pouvez le comprendre à la longueur de ce message, je suis un grand bavard. Et j’en suis par avance désolé pour ceux qui n’aiment pas ça. J’essaie de me réfréner, depuis plus de 50 (j’en ai 52 et suis bien incapable de dire à partir de quel âge j’ai commencé à casser les oreilles de mes congénères), mais je n’y arrive pas… Toutes mes excuses, donc. Ces préambules étant faits, passons au cœur du sujet ! Comme vous vous en doutez, je joue aux jeux de rôles. Sinon, je ne serais pas là. Souvent MJ, parfois joueur, j’ai commencé ma « carrière » avec la boîte rouge de D&D au début des années 80. Ensuite, j’ai essayé de créer mon propre jeu… Je suis toujours en train de le faire, d’ailleurs, et ce n’est pas gagné – même si je ne désespère pas d’y arriver un jour. J’ai bien sûr découvert plein d’autres jeux depuis tout ce temps : L’appel de Cthulhu, Empire Galactique, Maléfices, Paranoïa, Bushido, GURPS (un de mes chouchous), Vampire, Shadowrun… Et, bien évidemment, Rêve de Dragon. Après en avoir beaucoup entendu parler (en bien), j’ai acheté Onyros, la version d’initiation. Je trouvais ce jeu génial, tant sur le plan de la conception que celui de la présentation et des illustrations. Un véritable bijou ! Alors j’ai presque aussitôt poursuivi cette acquisition avec la 2e édition. Pourtant, je n’y ai jamais vraiment joué. Tout au plus une petite partie d’essai… Je sais, honte soit sur moi ! Pourquoi ? Parce que j’étais dans ma période GURPS, à fond la caisse et à toutes les sauces. Y compris L’appel de Cthulhu, malgré le fait que je connaissais et appréciais tout particulièrement ce dernier tel quel… De Rêve de Dragon, je n’utilisais donc que les scénarios, que je trouvais merveilleux… Je précise que j’ai un mal fou à inventer des scénarios intéressants. Soit ils sont bancals, soit ils reprennent des poncifs éculés et incapables de surprendre mes joueurs. Donc, quel que soit le système, j’utilise des scénarios écrits par des professionnels et publiés en bonne et due forme. Tout le monde à ma table (y compris moi) s’en porte beaucoup mieux. Les choses sont restées ainsi pendant des années… Quand, soudain, il y a peu, un étrange coup de pied est venu bousculer ma petite fourmilière… Tout a commencé sur le forum de Black Book Éditions. Je participais à une discussion endiablée à propos du mode jeu narratif et émergent. Tout un programme pour moi qui ne jurais que par les jeux simulationnistes ! Je suis comme ça : j’aime bien que les règles renvoient à des faits que l’on peut constater dans la vie réelle (une armure ne permet pas de mieux éviter les coups, par exemple, mais elle amortit les chocs). Je trouve en effet que ça rend l’univers que l’on imagine plus palpable et, par conséquent, que cela permet aux joueurs d’y agir plus facilement comme ils le feraient s’ils y étaient vraiment… Dans ce débat, j’étais donc plutôt opposant aux jeux narratifs et émergents, que je trouvais intéressants d’un point de vue formel mais, somme toute, pas du tout faits pour moi. Mais les intervenants étaient tout de même convaincants et ne manquaient pas d’arguments. Jusqu’à ce que l’un d’entre eux nous propose d’essayer. Alors je l’ai fait. Et j’ai été plus que séduit. Ce genre de jeu est en fait génial lui aussi ! Du coup, à ma collection à tendance majoritairement simulationniste, j’ai rajouté Fate… Et Rêve de Dragon dans tout ça, me demanderez-vous ? Ne partez pas, j’y arrive… Peu après cette partie enthousiasmante, quelqu’un m’a dit, toujours sur le forum de Black Book Éditions : « Hé, gollum ! Tu nous rabats les oreilles avec ton GURPS ; quand est-ce que tu nous fais essayer ? » Ni une, ni deux, j’ai proposé une partie. À lui et à ceux avec qui j’avais découvert les jeux narratifs émergents. Et cela leur a plu. Si bien que lorsque j’ai proposé la suite, la plupart étaient volontaires. Ils ont souhaité s’orienter vers le genre médiéval fantastique plutôt que le contemporain un peu horrifique que je leur avais proposé au départ. Du coup, je leur ai suggéré de partir sur du Donjons & Dragons, pour pouvoir se concentrer sur les règles, notamment les combat. Mais l’un d’eux à judicieusement fait remarquer que le porte-monstre-trésor n’était pas très enthousiasmant… C’est alors que j’ai dégainé mes scénarios de Rêve de Dragon… La partie est en cours est, pour autant que je sache, plait à tout le monde. Comme le but est de tester GURPS, nous en gardons l’intégralité des règles, sans la moindre adaptation à Rêve de Dragon (pas même pour la magie – bien qu’il soit tout à fait possible de peaufiner quelque chose de très proche grâce au supplément GURPS Thaumatology). Le monde de Denis Gerfaud nous sert donc simplement de contexte purement narratif, d’arrière-plan pour expliquer les choses et se lancer dans l’aventure… Je vous entends crier d’ici : « À l’hérésie ! Mais pourquoi vient-il nous les casser menues avec son histoire (à rallonge en plus), sur un forum dédié à Rêve de Dragon ? Tout ça pour nous dire qu’il joue à notre jeu avec d’autres règles ? Vous allez voir qu’il va prétendre que les règles de notre Denis Gerfaud national ne valent pas celles de ce fichu Texan de Steve Jackson ! » Eh bien non ! Car l’histoire ne s’arrête pas là… Vous pensez bien, je ne risquerais pas le bucher, voire le lynchage avec écartèlement sur la place publique pour le seul plaisir de venir vous provoquer chez vous ! Je suis fou (avec un Gollum comme avatar, ça paraît évident) mais pas con… Enfin, pas complètement… Cette partie m’a tout simplement donné une irrépressible envie de jouer à Rêve de Dragon avec les règles de Rêve de Dragon. Et je vais donc le faire. Car oui, je considère que ce jeu est doté d’un système de simulation qui n’a rien à envier à celui de GURPS en terme de perfection. Alors, ni une, ni deux, je suis venu sur le Scriptarium et j’y ai acheté tout ce que je pouvais : le coffret au grand complet, le Traité de flore et de faune, le jeu de carte Queues de dragons, le Tarot draconic et même les deux livres jeux. Et je pleure de ne pas m’être décidé assez tôt, car ça m’aurait permis d’avoir aussi les dés et le set de 5 livrets du voyageur, malheureusement en rupture de stocks maintenant… Me voici donc tout fier d’être parmi vous, non pour parler de GURPS, ni de mon jeu (sauf pour d’éventuelles comparaisons si elles s’avéraient utiles), mais bien de ce jeu fantastique, dans tous les sens du terme, qui nous rassemble tous ici. Très bonne journée à tous et merci de votre accueil.
  13. Ayant été invité par un ami (Kroc) à venir m'exprimer ici, je dirais simplement que j'y ai lu plein de choses intéressantes… de part et d'autres ! Je pense en fait que vous durcissez vos positions parce qu'elles ne sont pas aussi opposées que ça malgré les apparences. Bien sûr qu'un auteur qui se prend pour le nombril du monde et prétend avoir inventé l'eau tiède est totalement insupportable ! D'autant plus lorsqu'il ne fait que reprendre des choses déjà inventées par d'autres avant lui et les formaliser autrement (nihil ex nihilo, comme disait l'autre). Mais il est évident aussi que les auteurs des jeux "modernes", au moins dans leur grande majorité (Fate, PTBA et compagnie), ne le font pas. Souvent, ce sont les fans de ces jeux qui, plus royalistes que le roi, prétendent que c'est la seule manière de faire du "vrai jeu de rôle", alors que les auteurs eux-mêmes ont joué à d'autres jeux de rôles, ont d'ailleurs souvent participé à leur création avant de se lancer dans celle de celui qui est prétendu révolutionnaire, et continuent ou continueront de le faire parce que pour eux, ce qu'ils proposent n'est tout simplement qu'une autre manière de faire du jeu de rôle… parmi tant d'autres ! Et bien sûr qu'un auteur qui n'explique pas a minima ses intentions sur son jeu va beaucoup décevoir ! Car si les acheteurs y jouent de façon fort différente de ce qui est prévu, ils risquent de rencontrer plein de problèmes, de faire savoir autour d'eux que le jeu est nul et, la réputation étant plus facile à démolir qu'à construire, le jeu ne se vendra plus. D'ailleurs, même derrière les jouets il y a des intentions. On peut jouer à Rambo avec Barbie, par exemple mais, bon, ce sera particulièrement décevant (surtout quand on commencera à s'intéresser à l'armement qu'on peut utiliser pour cette poupée : son joli petit avion rose n'a pas vraiment d'emplacement pour les mitrailleuses lourdes et autres missiles de destruction plus ou moins massive)… Donc, si vous relisez à froid ce que chacun d'entre vous à écrit en n'essayant plus de convaincre l'autre, mais juste pour le relire, je suis sûr que vous trouverez finalement beaucoup de pertinence dans ce qu'il a dit. Ceci dit, je vous remercie d'avoir poussé votre raisonnement dans ses retranchements, parce que c'est souvent la caricature qui souligne le mieux les différences, les points communs, voire les nuances. Surtout sur un forum où il manque tous les signes gestuels pour mieux se comprendre. En tout cas, en tant que lecteur, cette discussion "à couteaux tirés" m'aura permis de bien suivre votre raisonnement et vos arguments si intéressants et, comme dit ci-dessus, si bien écrits.
×
×
  • Créer...

Information importante

Nous vous invitons à consulter nos Conditions générales, notre Politique de confidentialité et les Règles de notre site.
Nous avons également besoin de votre accord pour placer certains cookies sur votre appareil pour le bon fonctionnement de ce site.