Aller au contenu
  • Eidolon
    Eidolon

    Artistes : ne soyez pas dans l’illégalité malgré vous !

    Si tu veux la bombe, tu raques Ronald. Ça s’passe comme ça chez le fisc.

    — Je suis (troubadours de Massilia), « Chez le fisc »

    Résumé : si vous êtes artiste indépendant et que vous voulez être dans la légalité simplement, passez en portage salarial.

    Dessiner dans son coin, c’est bien. Gagner de l'argent avec ses dessins, c’est mieux. Mais la paperasse, ça fait peur et du coup, beaucoup soit abandonnent l’idée de vendre, soit le font de manière illégale (oui, même un seul petit dessin tous les six mois, c’est illégal si vous ne suivez pas les instructions ci-dessous).

    Chez Scriptarium, nous pensons que nous sommes là autant pour produire (et vendre !) que pour accompagner. C’est pourquoi nous allons essayer de tout expliquer et, surtout, de l’expliquer simplement. Ce n’est pas (que) par bonté d’âme : si vous n’êtes pas en règle, nous ne pouvons pas travailler avec vous (ce serait du travail dissimulé et le fisc ne plaisante pas avec ça).

    Pour être en règle simplement, deux alternatives.

    Portage salarial : simple mais moins rémunérateur

    La première, c’est le portage salarial. C’est le plus simple : vous devenez salarié d’une « entreprise virtuelle » (mais sans obligation d’aller au bureau ou d’avoir des horaires fixes), qui se paye sur un pourcentage de vos ventes et, en retour, s’occupe de toute la paperasse : administration, santé, facturation, chômage, retraite…

    Avantages

    • On s’occupe de toute la paperasse pour vous.
    • Vous avez les mêmes protections qu’un salarié (chômage, Assurance Maladie, retraite…).
    • Vous pouvez cumulez avec un emploi normal (cumuler portage salarial et emploi salarié), ce qui permet d’être en portage salarial pour une activité d’appoint.

    Inconvénients

    • Ce n’est pas parce que vous êtes salarié que vous gagnerez au moins le SMIC — votre salaire dépend de vos ventes !
    • Ça revient cher quand vous commencez à bien gagner votre vie — puisque l’entreprise de portage prélève un pourcentage de vos ventes
    • Ce n’est que sur le papier que vous êtes salarié. Dans les faits, vous êtes indépendant, vous devez trouver votre travail, gérer votre emploi du temps… (en micro-BNC, l'alternative au portage salarial, c'est pareil — simplement, il n'y a pas le mot de salarié pour vous faire croire que vous êtes tranquille)
    • C’est du privé, il y a de la concurrence. Donc, vous devez choisir votre entreprise de portage et par conséquent inventorier les critères de choix, comparer, appeler…

    Comment faire

    Contacter une entreprise de portage salarial, par exemple webportage.com (04 86 80 60 60, contact@weportage.com). Ils sont compétents pour les graphistes et s’occupent de tout.

    Cet article a été rédigé en partenariat avec webportage.com, mais ce ne sont pas eux qui m’ont démarché. Je n’ai pas de part dans l’entreprise, je ne suis pas ami ou membre de la famille et je n’ai aucun intérêt financier dans l’opération.

    Le micro-BNC : plus complexe, mais plus rémunérateur

    L’alternative au portage salarial, c’est de passer en micro-BNC. Derrière ce terme barbare se cache un début d’entreprise - mais ne vous inquiétez pas, vous n’avez pas besoin de monter une entreprise ! Pour passer en micro-BNC, il vous faut obtenir un SIRET.

    Avantages

    • Quand vous commencer à bien gagner de l’argent, c’est plus intéressant que le portage salarial. Ce n’est pas uniquement pour les gens qui ont l’appât du gain. Si vous devez vendre 30 dessins par mois pour arrondir vos fins de mois en portage et que vous n’avez plus besoin que d’en vendre 20 en micro-BNC, ça vous laisse plus de temps pour vous. Travailler moins pour vivre plus.
    • C’est public, donc pas de choix à faire, juste des papiers à remplir.

    Inconvénients

    • Vous êtes limité à 32 500 euros de chiffre d’affaire annuel (chiffre d’affaire, pas bénéfices). Au-delà, il faudra monter une « vraie » entreprise (je recommande l'EIRL, l'EI ne protégeant pas l'entrepreneur et l'AE et AERL n'étant pas ouverts aux artistes), alors qu’en portage salarial, vous pourriez continuer sans rien changer - mais en « perdant » beaucoup d’argent récupéré par l’entreprise de portage.
    • Un peu de paperasse ; demander un SIRET (même si c’est simple et rapide), connaitre la différence entre chiffre d’affaire et bénéfice, savoir à la fin de l’année combien d’argent a circulé dans votre activité pour le reporter sur votre feuille d’impôts — contrairement au portage salarial, cette information ne sera pas pré-remplie.
    • Choisir son organisme social collecteur pour les remboursements (AGESSA ou Maison des Artistes selon l’activité). Ben oui, ce n’est plus la "Sécu" (la CNAM/Assurance Maladie) qui vous rembourse et je ne parle pas des 30 % mutuelle, mais des 70 % que vous ne voyiez jamais si vous avez été salarié mais qu’il faut bien payer.

    Comment faire

    1. Contactez le centre de formalités des entreprises dont dépend votre commune. INSEE — CFE compétents par commune. Cherchez artiste dans la colonne de gauche. Demandez à obtenir un SIRET, en expliquant que vous êtes artiste.
    2. .

    Comparaison

    Ci-dessous un rapide comparatif entre le portage salarial et le micro-BNC, avec le salariat « normal » pour référence.

    Salarié Portage salarial Micro-BNC
    Salaire (minimum : SMIC) Salaire (pas de minimum) Chiffre d’affaire
    Salaire illimité Maximum 32 500 euros
    Cotisation sociales salariales (brut moins net) Charges
    CNAM AGESSA ou Maison des artistes
    Numéro de sécurité sociale Numéro de SIRET
    Chiffre d’affaire
    Le chiffre d’affaire est, pour simplifier à l’extrême, l’équivalent dans une entreprise du salaire brut, pas du salaire net. Une fois que vous enlevez toutes les charges (à la fois les cotisations sociales et les dépenses courantes comme le logement, la nourriture, le téléphone…), vous obtenez un résultat net, qui du coup ne doit pas être comparé à un salaire net, puisqu’avec un salaire net, vous devez payer les dépenses courantes, alors qu’avec un résultat net, vous les avez déjà payé.
    CNAM
    Caisse nationale d’Assurance maladie. Ce qu’on appelle généralement la Sécu. Eh oui, les indépendants ne sont pas remboursés par la Sécu, mais par d’autres organismes.

    Bref, le micro-BNC demande donc un minimum de paperasse au début mais en échange, vous gagnez plus d’argent à la fin du mois (surtout à partir d’un certain niveau de revenus). On n’a rien sans rien :-)


    En conclusion, je recommande à ceux qui veulent se lancer de passer par le portage salarial puis, une fois un certain plancher de revenus atteint, passer en micro-BNC.

    Voilà, ce sont les deux seuls cas de figure (hormis le travail au noir, illégal). Pas d’exception, genre je vends une fois tous les 36 du mois, je vends pas cher, c’est pour des copains », c’est compliqué, je ne suis pas un pro, je n’ai pas d’entreprise. Et n’écoutez pas ce que vous disent « des sources bien informées », y compris dans des organismes qui sont censés savoir.

    Remerciements

    De grands mercis à :

    Retour utilisateur

    Commentaires recommandés

    Il n’y a aucun commentaire à afficher.



    Rejoindre la conversation

    Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

    Invité
    Ajouter un commentaire…

    ×   Collé en tant que texte enrichi.   Restaurer la mise en forme

      Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

    ×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

    ×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

    ×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


×
×
  • Créer...

Information importante

Nous vous invitons à consulter nos Conditions générales, notre Politique de confidentialité et les Règles de notre site.
Nous avons également besoin de votre accord pour placer certains cookies sur votre appareil pour le bon fonctionnement de ce site.